La maison d’édition En toutes lettres lance le Mouvement Openchabab

La maison d’édition casablancaise En toutes lettres organise une rencontre autour de son programme phare de formation, Openchabab, le 8 juin 2022 à l’association Hadaf à Rabat et lance le Mouvement Openchabab.

Spécialisée dans l’essai journalistique et la vulgarisation des recherches en sciences humaines, En toutes lettres porte depuis 2018 Openchabab, un programme de formation aux valeurs humanistes, au journalisme d’investigation et à la traduction en sciences humaines et sociales.

Ce programme, initié grâce à une subvention d’amorçage de CFI Développement médias cofinancée par l’Union européenne en partenariat avec la Fondation Samir Kassir, IREX Europe, FMAS et Leaders of Tomorrow, et continué avec le soutien de l’Ambassade de France, s’adresse à des étudiants en journalisme, des journalistes débutants et des acteurs de la société civile de moins de 35 ans.

Cinq sessions ont déjà été réalisées : pendant 4 mois, une dizaine de jeunes a suivi des séances théoriques sur une thématique (« Mixité sociale et égalité des chances », « Sécularisation et lutte contre l’extrémisme religieux », « Égalité entre hommes et femmes » et « Libertés individuelles et démocratie participative »), des séances pratiques sur les méthodes du journalisme d’investigation, suivies d’une mise en pratique par un terrain et une restitution en ligne. Une sixième session a consisté en un atelier de traduction collaboratif.

Au total, ce sont près d’une soixantaine de jeunes qui ont bénéficié de ce programme, assuré par le réseau d’experts de la maison d’édition, composé de journalistes confirmés, de chercheurs universitaires et d’acteurs de la société civile.

Aujourd’hui En toutes lettres lance le Mouvement Openchabab afin de le poursuivre et de le développer. En plus des thématiques initiales, elle envisage de décliner la formation sur des sujets d’utilité publique, comme l’environnement, les migrations, la place de l’enfance.

Un travail sur les valeurs

« Sans un véritable travail sur les valeurs, nos sociétés ne pourront jamais passer le cap de la modernité », estiment Hicham Houdaïfa et Kenza Sefrioui, les initiateurs du projet. Anciens journalistes au Journal hebdomadaire et cofondateurs d’En toutes lettres, ils estiment qu’« il n’est pas possible d’envisager l’avenir sans une réflexion en profondeur sur ce qui est de nature à émanciper l’individu et le citoyen, sur ce qui peut libérer les forces vives de la société ».

Openchabab lutte contre la désinformation, les ravages des fake news et autres théories du complot, mais aussi contre l’obscurantisme et les inégalités. Les thématiques proposées, qui sont abordées par le réseau d’experts de la maison d’édition, qui travaille depuis dix ans sur ces sujets, abordent les lignes de clivage de la société et suscitent le débat.

Le programme veut aussi consolider le lien entre la presse et la société civile, en faisant travailler ensemble des jeunes formés aux techniques du journalisme mais dont l’expérience de terrain est limitée, et des jeunes de la société civile à qui la connaissance du terrain donne une forte vision des enjeux de société, mais qui manquent d’outils pour valoriser leur travail et leurs bonnes pratiques. 

Openchabab est enfin une pépinière d’auteurs pour la maison d’édition. Trois ouvrages collectifs ont déjà été publiés, grâce à des tandems entre un jeune et un journaliste confirmé : Migrations au Maroc : l’impasse ? (collection Enquêtes, 2019), Maroc, justice climatique, urgences sociales (collection Enquêtes, 2021) et De la culture marocaine moderne, anthologie (1917-2004) qui vient de paraître dans la collection Traduction. Un quatrième livre est en préparation, sur « Les métiers de la discrimination ». La maison d’édition, membre de l’Alliance internationale des éditeurs indépendants, est en effet engagée pour une édition plus ouverte et plus inclusive, et considère la réalisation d’ouvrages collectifs comme un axe majeur de son travail.

Le projet a reçu en mars 2019 le prix Éducation aux médias et à l’information Rive Sud de la Méditerranée, remis dans le cadre des Assises internationales du journalisme à Tours.

Témoignages de lauréats et d’intervenants

Amal El Amine, cadre associatif : « Cette formation m’a permis d’élargir mes connaissances en matière de journalisme ».

Siham Mengad, docteure en droit : « Ce que nous avons appris de façon théorique, nous l’avons appliqué sur le terrain ».

Nada Oumhand, étudiante en master de journalisme : « Cette formation m’a beaucoup apporté sur le plan technique, sur le plan éthique et aussi sur le plan humain ».

Amine Boushaba, animateur des ateliers d’écriture radiophonique : « On apprend à créer le débat de société par le biais de l’écriture pour l’oreille ».

Mohamed Tozy, politologue : « Les vocations naissent de ces espaces autres que l’amphithéâtre ou le cours où mettre à l’épreuve ses pratiques. »

Pour plus d’informations :

https://etlettres.com

Contact presse

Dounia Z. Mseffer : 0667 54 54 11 / [email protected]

Khadija Smiri : 0660 87 93 35 / [email protected]   

À propos d’En toutes lettres

Fondée en 2012 à Casablanca, En toutes lettres est une maison d’édition indépendante, portée par deux anciens journalistes du Journal hebdomadaire, Hicham Houdaïfa et Kenza Sefrioui. Spécialisée dans la publication d’essais d’écrivains, de chercheurs et de journalistes, elle promeut par le livre le journalisme d’investigation sur les questions de société liées au Maroc et les travaux en sciences sociales, pour contribuer à la dissémination de la culture du débat et de l’esprit critique. En toutes lettres porte également Openchabab, une plateforme de formation de jeunes journalistes et activistes de la société civile aux valeurs fondatrices d’un projet de société humaniste et aux outils du journalisme indépendant. Le projet a remporté le prix Éducation aux médias et à l’information Rive Sud aux Assises internationales du journalisme à Tours en 2019. En toutes lettres est membre de l’Alliance internationale des éditeurs indépendants.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.